FSU 17
Accueil > archives > 2010 > Déclaration de la FSU au CTPD - 3 novembre

<font color=red>Déclaration de la FSU au CTPD - 3 novembre</font>

6 novembre 2010

Comité Technique Paritaire départemental
mercredi 3 novembre 2010

Monsieur l’inspecteur,

La rentrée scolaire s’est tenue dans un climat social tendu qui perdure. Le rejet par l’immense majorité des français du projet de réforme des retraites, rejet qui se cumulait pour notre part avec un contentieux lourd entre nos professions et le ministère de l’Education Nationale, nous a conduits à refuser de siéger le 18 octobre. Nous avons, ainsi, symboliquement marqué, à notre manière, notre protestation et notre engagement dans le mouvement social en cours.

Aujourd’hui, nous ne doutons pas que vous allez nous présenter une rentrée qui à vos yeux sera satisfaisante, du moins sur le plan technique mais au-delà des chiffres et des statistiques il y a tous les personnels de l’Education, les élèves et leurs parents qui subissent année après année les effet d’une politique de rigueur.
La suppression de dizaines de milliers de postes a de multiples conséquences : réduction de l’offre éducative, augmentation des heures supplémentaires, difficultés à assurer les remplacements, aggravation des conditions d’exercice des TZR et recours accru aux vacataires. Il est évident que le but principal des réformes, toutes habillées de prétextes pédagogiques est de réaliser des économies sur le budget de l’état : réforme dénoncée par tous de la formation des maîtres, étranglement programmé de l’enseignement prioritaire et de l’éducation spécialisée, mise en place progressive de procédures largement décentralisées de recrutement etc.
Dans une société qui semble avoir perdu ses repères, qui cultive l’injustice sociale au profit des plus aisés, les enseignants que nous sommes, attachés aux fondements républicains ne peuvent qu’être très inquiets. Et quand leur ministre pour tout programme présente 13 fiches, autant dire 13 ficelles pour supprimer encore des moyens, le cynisme gouvernemental devient insupportable.

La rentrée sera donc, d’un point de vue purement administratif, sans doute une réussite technique mais cette réussite ne suffira pas pour convaincre nos collègues, les parents d’élèves et les élèves eux-mêmes « que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. »


SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0